Le 1er juin, une vingtaine de maires de la communauté urbaine se réunissaient à la ferme du Mont Saint-Jean à Halluin pour s'accorder sur les termes d'une motion réclamant que LMCU organise un véritable développement numérique du territoire.


Mercredi matin, une réunion s'est déroulée à la communauté urbaine. Pour des raisons qui restent inconnues, la presse n'a pas été autorisée à suivre cette réunion.


Jean-Luc Deroo, le maire d'Halluin qui fédère les mécontents et cherche des solutions pour le développement du haut débit, a donc fait état des orientations prises : « En 2004, la communauté urbaine a pris la compétence numérique puis s'est reposée sur les opérateurs qui avaient pris des engagements mais ne les ont jamais respectés. Aujourd'hui, chacun s'accorde à dire qu'il faut une intervention publique pour effacer les inégalités de territoire. »


Et le maire de mettre en perspective cette inégalité : « Un raccordement au très haut débit coût 100 euros à Euratechnologie (Lille) contre 3 000 euros à Halluin ! »


Lors de cette réunion, les élus métropolitains ont évalué une dépense entre 40 et 60 millions, avec le concours de la région et du grand emprunt qui prévoit des fonds pour ces dépenses. Mais LMCU est en retard dans la présentation de ce dossier, ce qui explique qu'après six années de léthargie, les élus avancent rapidement.


LMCU

Une réunion était organisée ce mercredi 20 octobre à LMCU


Une réunion est prévue en fin d'année ou début d'année prochaine pour poser les bases de l'installation du réseau. En mars, une délibération devrait être proposée.


Pierre-Mickael Marchand, Halluinois qui milite très activement pour l'arrivée du très haut débit dans sa ville et qui a assisté à la réunion de LMCU, regrette la durée prévue pour l'application de ce plan : « Cela doit s'étaler sur 10 ou 15 ans, c'est beaucoup trop long. Il faudra trouver des solutions alternatives plus rapides parce qu'on ne peut pas attendre tout ce temps. »


Un sentiment partagé par Jean-Luc Deroo et Stéphane Bedleem, en charge de la question au conseil municipal. Stéphane Bedleem qui s'est dit peiné par le refus de l'opposition de voter la motion des maires sur le très haut débit en parlant d'une « opération de communication » : « Toutes les villes de droite comme de gauche l'ont acceptée à l'unanimité sauf chez nous. »


Source : La voix du Nord via Paul Lefèvre




NDLR : Pierre-Mickael Marchand : Le compte rendu que j'ai élaboré et Stéphane Bedleem est en train de mettre en forme fait 6 pages pour les plus curieux et apporte beaucoup de détails, mais le plus gros résumé est dans l'article ci-dessus.