LMCU


Celle-ci fait suite à la réunion du jeudi 27 janvier en conseil restreint.


Interviennent dans l'article :


De G à D : Monsieur Oural (Conseiller communautaire) - Monsieur le Maire Loosvelt (Lomprez) - Monsieur Delannoy (Vice-Président LMCU) - Monsieur le maire Deroo (Halluin) - Monsieur Mijolla (Aceris Numerique) etc...


14h16 : Introduction par Monsieur le Vice-Président Michel-François DELANNOY.


Prise de parole avec un premier remerciement des services du travail effectué pendant la période de l’année dernière à ce jour ainsi que le conseil régional du nord (qui participe à la mise en oeuvre du schéma d’intervention) pour les hébergeurs de données (le nom d’OVH n’est pas loin) ainsi que les vendeurs à distance.


Prise de parole sur l’élaboration d’un schéma numérique et rappel des événements passés du 20 octobre dernier d’un travail progressif de longue haleine. Il explique que des études de terrain ainsi que la rencontre avec des opérateurs ont eu lieu dans les derniers mois pour être sur du projet et de sa fiabilité. Un politique d’aménagement est nécessaire sans compter (NDLR : France Telecom) sur les opérateurs.


Il rappelle que le schéma proposé ce jour pour demain est un schéma pionnier pour la région comme pour les autres régions demain et une étude à été faite au niveau européen comme international.


Sans intervention de LMCU, ceci n’avancerait pas avec les opérateurs... Les moyens mis en oeuvres sont énormes et le dossier n’est pas pris à la légère et d’ici 2020 le très haut débit doit être accessible à tous les habitants et toutes les entreprises explique MFD. Il rappelle que LMCU n’a pas été trompé par les initiatives gouvernementales et que si demain ceci était au rendez-vous du numérique, le gouvernement devrait débloquer environ 20 à 30 milliards d’euros alors qu’actuellement les moyens mis sur la table ne sont que de 2 milliards (environ 10 à 15 fois moins).


La région est exclue directement par le gouvernement de plus, souligne le 1er vice-président (NDLR : On pouvait toujours attendre). Quand on regarde ce qui se passe dans le monde, l’Europe est très en retard loin de l’Asie et l'Amérique du Nord. La France en très haut débit est la dernière en Europe donc il faut donner du rythme au projet pour gravir les marches et devenir un pays connecté. La région et le soutien de l’État local sont de mise pour l’accompagnement à LMCU pour mettre les conditions en place à travers une alliance sur les travaux effectués pour la mise en oeuvre à côté des choix du gouvernement (NDLR : en retard hein...).


14H31 : Akim Oural (Conseiller communautaire délégué) : Ouverture des débats en compagnie de monsieur Akim OURAL qui aborde le déroulement du séminaire du schéma qui à été validé par l'exécutif restreint et la présidente Madame Martine AUBRY la semaine dernière. Il remercie l’ensemble des partenaires qui ont travaillé aussi au quotidien pour le projet ambitieux et réel des enjeux. L'écosystème du numérique représentera 5 % du PIB dans quelques années (2015) autant que l’énergie. Il rappel aussi les promesses de certains (NDLR : Je pense à FT...) qui n’ont jamais était mise en place.


14h35 : Martin DE MIJOLLA rappelle les ambitions du 20 octobre dernier comme les investissements privés, l’attractivité de la métropole et l’équité entre les territoires et les habitants (zone non couverte, blanche, etc..) Si l’aménagement n’est pas piloté, le déploiement sera caduc... Le rapport du cabinet McKinsey de mars 2011 confirme que l'économie liée à l’Internet est un secteur créateur d’emploi avec plus de 450 000 nouveaux emplois.


L’étude conduite depuis le 20 octobre à traiter les 3 questions principales :

  • Dans quel cadre l’intervention possible pour LMCU avec les opérateurs privés et l’initiative publique ?
  • Quel mode de partenariat avec le conseil régional ?
  • Quelle stratégie vis-avis des réseaux câblés existants des communes et syndicats ?


3 programmes étaient mis sur la table :

  • Couverture intégrale d’un schéma de la métropole en 2020 (+ usagers)
  • Infrastructure ouverte à la concurrence de tous les opérateurs (choix par l’usager de son propre FAI)
  • Calendrier de déploiement prenant en compte les objectifs de desserte convergente entre les territoires denses et les territoires extérieurs.


LMCU


Qu’est ce que la métropole peut attendre des opérateurs privés ?


14H45 : Prise de parole de Benjamin FRADELLE : Plusieurs réunions avec les opérateurs qui se sont déclarés volontaires pour couvrir 17 communes d’ici 5 ans, mais avec des zones floues comme le pavillonnaire et quelques soucis. Mais il y a encore 68 communes... Les opérateurs depuis janvier ont revu à la hausse leur déploiement.


Toutefois les opérateurs n’apportent pas plus de précisions voir flous, ni d’engagement sur les problématiques.. Toutefois les communes requises par les FAI sont denses donc les opérateurs sont rentables en FTTH. Ceci placerait la métropole à une position très basse loin du GrandParis et la CU de Lyon, Laval et Bordeaux, etc.. (NDLR : On est dans les derniers..)


LMCU


Lire la suite en page 2/2